samedi 26 septembre 2015

Je vous vomis !

Est ce que vous vous rappelez du scandale des « tests de virginité » forcés, infligés par l’armée à des manifestantes de la place Tahrir en 2011 ? Figurez-vous, ce n’était pas une première !
Sous le régime de Ben Ali, beaucoup de détenues, surtout politiques, avaient subi ce genre de tests, comme moyen de répression voire de torture, lorsqu’elles étaient passées par des centres d’arrestations et stations de police à cause de leurs activités politiques ou celles d’un proche/ un parent. Parfois cela passait au viol. Les hommes se faisaient violer aussi. Un bâton, une matraque, ou un tortionnaire affamé pouvaient s’en charger. D’ailleurs en ce qui concerne le viol des détenus hommes cela continue. Certains cas ont été signalés après la fuite de Ben Ali.
De plus, en ce moment même, un jeune Tunisien croupit dans une cellule nauséabonde et crasseuse après avoir été forcé à subir un test anal pour prouver son homosexualité. Visiblement les choses vont de pire en pis. Faute de problèmes et de difficultés de toutes sortes, l’état s’intéresse de prés à nos anus, verges, et vagins. 
Les systèmes exécutif et judiciaire sont complices dans des atteintes graves à notre intégrité morale et physique. 
En 2015, tu peux toujours te faire arrêter pour la simple raison d’être dans une relation amoureuse hors mariage. On te trainera devant la justice pour prostitution ou mariage hors du cadre légal même si ce n’a jamais été le cas. Cela est possible à cause de nos lois rétrogrades qui condamnent l’amour et qui lèguent à nos chers flics un pouvoir judicaire et exécutif. Ces mêmes flics sont épargnés de ce genre de traitement. Un seul mot, un mot magique leur suffit : « Zamil » pour transgresser toutes les lois et dépasser toutes leurs prérogatives. 
En 2015, tu peux toujours te faire arrêter et être forcé sous les menaces et la torture à subir toutes sortes de tests diaboliques notamment celui des urines pour la détection de la consommation des drogues. 
Parfois ton vagin ou ton anus ne en sont pas épargnés. Il y’a certains médecins, "des crapules", qui adorent les tâtonner pour fournir des preuves légales pour te foutre dans une cellule de prison. 
Et croyez- moi, tant que cela ne changera pas on sera toujours dans la merde. Tant que certains des droits les plus fondamentaux d’un être humain tels son intégrité physique et morale, sa vie privé etc sont bafoués on sera toujours dans la merde. Qu'on le veuille ou pas le progrés passe par un changement des mentalités, des visions mais aussi par le respect toutes sortes de libertés dont, dans notre cas, la liberté sexuelle, la liberté de disposer de son corps, de soi! 
Cet état qui s’offre un pouvoir moralisateur sur les citoyens ferait mieux de se pencher sur les vrais problèmes qui rongent le pays et le détruisent jour après jour. Nos politiciens feraient mieux de se regarder dans leurs miroirs pour comprendre que ce sont eux qui ont le plus besoin des leçons de morale qu’ils sont subir aux autres. Des personnes qui appellent à amnistier des personnes pourries et corrompues ne peuvent être que plus pourries et corrompues qu’elles. 
Aujourd'ui, il est temps de changer les choses.Il est temps de rejeter les lois rétrogrades et d'abolir les pratiques diaboliques d'outre-temps.

vendredi 25 septembre 2015

تونس فحوصات شرجية لاثبات المثلية الجنسيةiloubnan




وبهذا تأتي هذه القضية لتذكيرنا بالعديد من الأمور من أهمّها أنّ تونس ليست بلد الحريات و احترام حقوق الانسان الذي تصوّره وسائل الاعلام واليات 
البروبغندا الدعائية وأنّ البلد لازال متخلّفا فيما يتعلّق باحترام الحريات والحقوق الفردية خاصة منها حقوق الاقليات. بالاضافة الى ذلك فانّ هذه القضية قد أكّدت لنا أنّ الهوّة بين فصول والدستور الجديد للجمهورية الثانية وبقية القوانين المضمنة بالمجلات الجزائية والجنائية وغيرها لازالت عميقة ولن تتغيّر الامور اذا لم تتمّ مراجعة هذه القوانين التي يعود بعضها الى الحقبة الاستعمارية .

لقراءة المقال كاملا , اضغط هنا

MONDAFRIQUE: Tunisie: Un gouvernement en deça des défis présents!





C’était ne pas compter avec la hardiesse, la fougue et l’intelligence d’une jeunesse qui n’a plus rien à perdre et qui n’a désormais plus rien d’autre que sa dignité à préserver. Ce qui a fait que le gouvernement s’est vite, pour ne pas dire subitement, trouvé affrontant une lame de fond qui déferlait grossissant de toute part  et qui fédérait de plus en plus solidement tous ceux qui ne voulaient plus de la restauration de l’ancien régime. S’en est suivi un cafouillage monstre, un recours biaisé à la répression, et le retour aux pratiques calomnieuses, puis  l’abdication devant la force de caractère des contestataires.

Pour lire la suite, cliquer ici

MONDAFRIQUE: Tunisie : Test anal pour prouver l’homosexualité !




Cette semaine, un tribunal tunisien a condamné un jeune étudiant de 22 ans à un an de prison pour homosexualité en vertu de l’article 230 du code pénal qui pour éradiquer cette »infamie » prévoit de fait un châtiment de 3 ans de prison.
Pour lire la suite, cliquer ici

jeudi 24 septembre 2015

Tunisie: Une Campagne de Sensibilisation Contre le Travail des Mineurs.





Cette affaire a commencé en aout dernier, lorsque une annonce postée par une  maman tunisienne sur un groupe Facebook intitulé « Jeunes Mamans » a provoqué l’indignation des internautes tunisiens. En effet, Madame proposait les services de la sœur de sa « bonne couchante», une adolescente de 15 ans d’une manière répugnante. Elle vantait ses qualités comme on vante une marchandise. Elle la décrivait comme étant sage et pouvant servir pour au moins dix ans. « Que veut le peuple ! » a-t-elle écrit, dans un ton moqueur, pour finir son annonce.


Pour lire le billet, cliquer ici. 


jeudi 17 septembre 2015

أغنية تنعت الفتاة بالحَشَرة والجراد أياً كانت المبررات والدوافع، فإنّ "الراب" ظلّ ينشر أفكاراً رجعية و ميزوجينية!


يعود إنتشار موسيقى "الراب" في تونس إلى ما قبل رحيل الدكتاتور زين العابدين بن علي، إلاّ أنّ هذا النمط الموسيقي عرف إشعاعا كبيرا خلال الثورة وفي الأيام التي تلتها. وهو بات يعرف اليوم إزدهارا وإقبالا كبيرين، مقارنة بما كانت عليه الأمور في السابق. ويعود ذلك، خاصة، إلى توفّر مساحة كبيرة من الحريّة وتحرّر الألسنة والأقلام، بعد سنوات من القيود والقمع والصمت. تاثّرت هذه الموسيقى بما عاشته تونس من أحداث سياسية وإجتماعية، وانقسم مغنّو "الراب" بين مؤيّد للحداثيين ومنتقد شامت لهم ممجّد للإسلاميين. وقد بلغ الأمر، ببعض السياسيين، درجة السعي إلى استقطاب فنّاني 
"الراب" لمساندتهم في حملاتهم الإنتخابية . 

لقراءة   المقال كاملا  :هنا 

Mon article pour MONDAFRIQUE: VIVE LA DEUXIÈME RÉVOLUTION TUNISIENNE.

J’avoue que je suis rentrée de la manifestation du samedi 12 septembre contre le projet de la loi relative à une soi-disant « réconciliation nationale » un peu déçue. Impressions d'une bloggeuse


Pour lire l'article: cliquer ici

lundi 14 septembre 2015

Ma participation à l'émission : Hdith lebled animée par Hachem Bouaziz sur les ondes de Radio Med




Intervenant sur les ondes de Radio Med, la bloggeuse Lina  Ben Mhenni  a fait remarquer que le  début de processus révolutionnaire en Tunisie est dû à la colère.  « Les  problèmes économiques ont engendré une colère qui a poussé les gens à se révolter. 

Pour lire la suite et écouter un extrait de l'émission cliquer ici.

Texte de mon intervention à la conférence: "Faim, colère et Changement" organisée par l'association: Pain pour le Prochain-Berne, Suisse le 11 Septembre 2015.

Deux vers de notre poète national Abou Al-Kaçim al-Chabbi scandés par des jeunes qui n'avaient pour armes que leurs voix et leur poitrines nues offertes aux balles réelles, et parfois, une caméra, un ordinateur et une connexion Internet  ont fait vaciller le trône de l'un des dictateurs les plus pernicieux de notre ère et l'ont fait fuir comme un pauvre petit voleur de bazar. Cela s'est fait en quelques semaines, entre décembre 2010 et janvier 2011 et a fait libérer une déferlante qui continue encore et ne cessera point d'ici plusieurs années, pour ne pas dire plusieurs décennies, de changer le visage et les réalités de notre monde tout entier.

Ces deux vers qui disent :
Lorsqu'un jour le peuple veut vivre,Force est pour le Destin, de répondre,
Force est pour les ténèbres de se dissiper,Force est pour les chaînes de se briser.
                                   "
font partie de notre hymne national et semblaient jusque -là avoir été dépouillés de leur âme et devenus comme un dicton creux que l'on ânonnait à toute occasion dite "nationale" ou comme une "sagesse" à laquelle on voulait tordre le cou et assujettir .

Et l'on est en droit de se demander comment deux petits vers qu'on a toujours chantés sans plus se sont-ils transformés en une force si puissante et si mobilisatrice?!Et donc si porteuse, si prometteuse et si pleine de tant de changements? Et au-delà de ces deux vers comment un peuple qui a accepté plus d'un demi siècle durant le joug de l’absolutisme, de l'arbitraire et des corrompus a-t-il pu, soudain, se décider à prendre en main son destin   et à narguer ses geôliers jusque dans leurs places fortes?! Comment un peuple qui semblait loin de vouloir sortir de sa léthargie a-t-il pu surprendre tout le monde et le monde entier et ouvrir dans son histoire une brèche par où l'espoir et le défi se sont introduits ?! Comment un pays qui semblait voué à ne plus vivre son "humanité" comme tous les humains s'est-il levé subitement pour chanter sur le même tempo l'hymne du, plutôt des changements?! J'allais dire des changements tous azimuts?


Comment un peuple qui semblait avoir été berné pour toujours s'est-il montré en quelques jours seulement d'ébranler ou mieux de “dégager" ses oppresseurs? Comment des eaux qui semblaient dormir à l'ombre pour l'éternité se ils, comme dans un songe, transformées en un tsunami salvateur et réparateur et, donc, si plein de changements?

Ces questions n'ont pas cessé de me narguer depuis cette grande journée du 14 janvier 2011.Et à chaque fois que cela s'est fait une réponse, la même réponse m'est venue à l'esprit: “c’est que notre peuple n'a de fait jamais cessé d'être libre et de désirer s’affranchir, et que l'occasion se présentant notre jeunesse a vraiment décidé de vivre pleinement ou de ...périr en tentant de vivre comme tous les humains libres et dignes!"


Et c'est ainsi que des gens ,beaucoup de gens de tous âges mais surtout parmi les jeunes ,femmes et hommes, dans toutes les régions de Tunisie, qui paraissaient enclins à somnoler ,à consommer leur vie à éviter "le pire" et à se désengager de tout comme on le leur ordonnait  se sont ,sans que personne ne le prévoit ou le prédit, massivement engagés, chacun à sa manière et selon ses moyens pour créer et faire aboutir le changement qu'ils ont formulé dans un slogan si éloquent :" emploi, liberté et dignité"!


Quand j'ai été honorée par l'invitation qui m'a été adressée pour participer à vos travaux et que j'ai pris connaissance des thèmes à discuter et des noms des érudits qui vont conduire le débat, il m'a paru impossible de répondre “présente". Parce qu'il m'a semblé qu'on me demandait de jouer à un jeu et sur un terrain qui ne sont pas les miens. En effet théoriser, philosopher et décortiquer cela n'a jamais été mon fort.




Puis évoquant la question avec papa il m'est apparu que, contrairement à ce que je pensais, il était en mes moyens de contribuer, un tant soit peu, à enrichir le débat.


Car , fille de la praxis et habituée du terrain -celui des combats quotidiens que notre peuple n'a cessé de mener depuis cinq ans ,contre l'ancien régime déchu tout d'abord et contre toutes les tentatives de "restauration" de la dictature et de rétablissement de l'obscurantisme qui n'ont cessé d'être menées pour contrer la révolution et la vider de sa subsistance, ensuite - et en tant qu'observatrice - actrice ou complice des changements profonds qui ne cessent de secouer notre réalité je pouvais bien me permettre de prétendre à une certaine contribution à vos travaux.



En vous racontant des anecdotes de la vie réelle, en  vous  décrivant des faits et des événements mais aussi en partageant avec vous mon vécu (direct ou indirect) qui a quelque chose à faire avec l’engagement, le militantisme ou la militance si vous préférez ce dernier vocable, ainsi qu'avec les changements qui s'en suivent.
Cela me permettra, je le crois, de vous amener des éléments pouvant enrichir le débat ou l’étoffer et de garder  à la fois la mesure en vous épargnant de mêler ma petite taille (tant physique qu’intellectuelle, il va sans dire !  ) aux tailles majestueuses  de nos honorables conférenciers qui sont pour moi de vénérables maîtres .
Je vais donc parler de « choses vécues » et de constats de la vie réelle.



Je commencerai en vous relatant ce que j’ai eu à vivre mardi dernier 

Quoique ayant des accointances avec les jeunes qui ont imaginé et mettent en œuvre le mouvement rejetant le projet relatif à une loi dite « de réconciliation nationale » qui est généralement considéré comme attentant au processus de la justice transitionnelle, je n’ai appris que trop tard que les jeunes du patelin où j’habite depuis peu  se sont ralliés au dit-mouvement et que leur manifestation ,pourtant pacifique, a été réprimée  et que quatre jeunes étaient en état d’arrestation.


Sans aucune hésitation et sans même y réfléchir  je me suis précipitée au poste de police pour réclamer la libération des jeunes mis en arrestation. Des amis ont accouru pour m’en dissuader arguant que j’allais moi-même être mise sous les verrous. Qu’à cela n’y tienne ! J’ai continué sur ma lancée. Et, chose surprenante, les autorités sécuritaires ont accepté de m’entendre et à écouter mes arguments et ont fini, sans nous faire trop attendre, par libérer tout le monde (ce qui m’a permis  d’ailleurs de ne pas rater mon rendez-vous avec Christine Lagarde à laquelle j’ai pu exprimer, ne serait-ce que schématiquement et trop brièvement, le ras-le-bol des jeunes par rapport à la situation économique, sociale et surtout sécuritaire ou répressive qui prévaut dans le pays.)



Analysant ce qui s ‘est passé, l’une des autorités « morales » qui me soutiennent a constaté :
_ Qu’en réagissant comme je l’ai fait j’ai fait preuve d’engagement ou de persistance dans l’engagement,
_qu’en prenant le risque que j’ai pris j’ai fait preuve de détermination militante ou de militance durable,
_ qu’en osant remettre en question la mise aux arrêts des quatre jeunes j’ai contribué à introduire des changements sur divers niveaux dont notamment : le niveau des relations autorités sécuritaires- citoyen, celui de la façon d’agir, de réagir et de se remettre en question des agents de sécurité, celui de l’introduction de nouvelles « traditions » respectueuses des droits humains et de l’acceptation d’un rôle  de médiateur à jouer par la société civile et certains de ses visages représentatives ou symboliques…

Je ne sais pas vraiment si je partage toutes les conclusions de cette analyse mais j’y ajouterai , toutefois, que ma démarche ,tout- à – fait spontanée s’est avérée fructueuse et qu’elle m’a réconfortée dans mon optimisme (sur le long terme) par rapport à l’évolution des choses dans notre pays et dans la quête  que je partage avec des gens dont les rangs ne font ,à mon avis ,que grossir pour ce qui est de la diffusion de la culture des droits de l’homme.

Et mon ami analyste d’ajouter : «  par ton action tu as sûrement  contribué à faire pointer des changements multiples et à des divers niveaux, mais tu réaliseras, bientôt, que ton geste t’as changée toi-aussi, sur divers plans ».

Une deuxième histoire :

Lorsque mon ami Soufiène Chourabi et son collègue Nadhir Guetari ont été portés disparus en Lybie, il y a de cela une année entière, j’ai réalisé, de façon qu’on pourrait qualifier de concrète, que les contours des rangs des «  journalistes et gens des medias révolutionnaires » (prétendus ou vrais)  se  mettaient de plus en plus à se préciser et que beaucoup désertaient le « combat ». L’engagement m’a paru dès lors une chose fragile,  et changeante. Ce qui m’a fait comprendre aussi que les changements peuvent ne pas être durables, substantiels, ni même conséquents.
Je pointe ici les attitudes de certains hommes et de certaines femmes mais aussi les lignes de conduite de certains medias et de certaines institutions.


Et encore une autre histoire, plus ancienne celle-ci.

Mes parents, bien qu’ayant eux-mêmes eu affaire à l’engagement et payé leur dû envers leur patrie, m’ont paru souvent vouloir me dissuader de « lutter » ou plus exactement de m’ « engager ». J’en étais persuadée. Je ne le comprenais pas. Et je ne l’admettais point.

Jusqu’au jour où , à l’occasion de l’organisation  par les cybernautes, courant   mai 2010 du premier grand événement de contestation contre la censure , notre maison à été « violée »( le terme est celui qu’utilisent mes parents !) et tout ce qu’on possédait de matériel informatique et de biens précieux a été pillés. En effet ce jour-là au lieu de me voir affronter le courroux de mes parents je les ai trouvés  (eux les premiers perdants) solidaires avec moi et comme fiers de mon « engagement » (aux côtés des étudiants et des blogueurs).

Cela a changé, je pense, beaucoup de choses dans ma propre vie mais aussi dans celle de mes géniteurs (j’emprunte le terme à papa quand il se fâche !)
Et, lorsque apaisée et tranquillisée, j’ai pu m’en ouvrir à eux, j’ai compris que mes parents ne voulaient nullement «  me priver de mon droit, ou de mon devoir, à lutter « mais qu’ils cherchaient à m’orienter vers des « engagements » compatibles à mes capacités physiques et à mes ennuis de santé.  »

C’est ce jour- là, me semble-t-il, que j’ai réellement compris que l’ « engagement » pouvait (devait ?) se conjuguer en « engagements » (au pluriel) diversifiés et complémentaires.  Et c’est ce jour- la que j’ai acquis la conviction que nulle circonstance ne pourrait justifier de ne pas s’engager   (formule que j’emprunte à l’Organisation Mondiale Contre la Torture), conviction dont j’adoucis souvent les contours  à ma manière, en rappelant  l’adage – slogan qui dit : «  de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » (ou l’inverse, je ne le sais plus.)


A ce niveau de mon palabre, je crois qu’il est naturel que j’en tire quelques conclusions :
-      L’ « engagement » est en fait «  engagements »,
-      tout un chacun devrait « s’engager » pour une cause ou une autre, à un niveau ou à un autre et ce selon ses capacités, ses disponibilités ou ses préférences,
-      Tout « engagement » peut générer un risque, un sacrifice ou des désavantages. C’est pour cela qu’ « engagement » signifie aussi « militantisme » ou « militance ».

-      Tout engagement quel qu’il soit contribue à faire percer des « changements » profitables à l’ensemble des gens, populations ou humains,

Mais que suis- je entrain de faire là ? Ne suis- je pas sur le point de marcher sur des plates-bandes qui ne sont pas miennes ?! Trêve de « conclusions » donc !
Cependant comme je m’étais « engagée » avec les organisateurs à pérorer une trentaine de minutes, permettez- moi de vous  retenir encore pour une toute dernière petite histoire.

Une fois l’ancien dictateur parti ou « dégagé » on est venu (des gens dont Lech Valesa et des institutions comme le PNUD pour ne citer que ceux-ci) sont venus nous convertir à la « transition démocratique » et à son corollaire la « justice transitionnelle » .Le prêche nous a séduit et nous y avons cru. Puis d’autres gens (des pays ceux- là !) sont venus nous promettre pas la lune ou la réalisation de nos revendications mais l’au-delà. Le prêche nous a séduit et nous leur avons livré notre présent et notre futur avant de réaliser qu’ils étaient des larbins et des « faux ». Puis sont venus des cohortes de « séducteurs » de tout acabit qui nous ont petit-à-petit conduits à avoir peur et alors on leur a livré le pays, nos rêves et l’essence même de l’espoir que notre «  engagement » a généré.

C’est ainsi que certains d’entre nous se sont « gourés » et sont partis se consumer dans des guerres qui ne les concernent point ou se sont mis à jouer, localement, au méchant loup, que d’autres ont cherché un espoir alternatif dans le désespoir, et que certains ont été jusqu’à déserter ou à «  vendre leurs âmes au diable  ».
Et l’on a cru que tous les « changements » que nos « engagements » et notre « militantisme » (« militance ») ont réussi à mettre en route allaient partir en fumée.

Mais ne voilà- t –il pas que la jeunesse crée, une nouvelle fois la surprise et reprend l’étendard et le flambeau avec l’espoir de redresser la situation et de revenir sur le chemin aboutissant inéluctablement à leur attentes.
Les prémices de ce dont je parle s’appellent «  non, je ne pardonne pas ! », se déroulent un peu partout dans le pays et rencontrent une répression assez farouche.


Ce mouvement et d’autres prouvent bien, à mon humble avis, que des lames de fond continuent à agiter notre pays, que les « engagements » perdurent, se multiplient et se diversifient et que des « changements » profonds ne cessent de se profiler dans notre société et dans notre conscience.













لنخرج من المزابل ولنلق بهم في مزابل التاريخ مقال راي جريدة ilebanon



فللمحتجات والمحتجين هنا وهناك أقول: فلنتشبّث بأحلامنا، ولنثابر من أجل حقّنا في حياة كريمة، ولنخرج من المزابل التي يريدون أن يفرضوا علينا العيش فيها ولنلق بهم في مزابل التاريخ! نحن القوّة ونحن الحاضر، وليس من حقّ أيّ كان أن يغتصب أوطاننا ويسرق أحلامنا. ولنقف أمام هراواتهم وتهديداتهم وعنفهم ولنفرض رغباتنا، فكلّ ما يعيشه العالم اليوم يثبت أنّ الشباب هو اليوم والحاضر، وأنّ موازين القوى إنقلبت لتصبح بأيادي الشعوب التي سلكت طريق الحرية والكرامة، ولا هيبة لدولة سوى بهيبة شعبها .





لقراءة المقال اضغط هنا

تعرية وتعزية



أعيد نشر هاته الصورة التي يبدو أنّها جلبت الاهتمام أكثر من جوهر القضية و استغلّ الفرصة لأقول أنّ هاته الصورة عرّت الكثيرين و مزّقت القناع الذي كانوا يلبسون . طبعا كلّ شخص قام بعنونة الصورة كما شاء و حسب الطريقة التي يرغب في استغلالها بها و طبقا لتوجهاته السياسية و الايديولوجية و السياسية و غيرها... و لا يعنيني ذلك في شيء فلطالما تحمّلت مسؤولياتي في كلّ ما أقدمت عليه . و لكن اسوق جملة من الملاحظات و ليست تبريرا:
أوّلا لما التقطت هاته الصورة لم اكن اشارك في ايّة مظاهرة و الجميع يعرف انّني شاركت في المظاهرة الشبابية المستقلة عن الاحزاب مانيش مسامح . كنت مع عائلتي و قد وصلت للتوّ من السفر و كنت احاول البحث عن المسيرة التي سالتحق بها .لما تقدمت مني امينة و سلمت علينا جميعا و هذا عادي بالنسبة لي فهي مواطنة تونسية و انا كذلك بالاضافة الى ذلك فانا كنت الناطقة الرسمية باسم لجنة مساندة امينة عندما تم ايقافها ظلما و عدوانا و تلفيق تهم لا تمت للواقع بصلةمن قبل. و لن ارجع الى اسباب مساندتي لها بالتفاصيل فقط اقول انني لن اتخذ من الطريقة الاحتجاجية التي اختارتها امينة وسيلة للتعبير و لكنّني اساند كلّ من يتعرّض الى الظلم لانّه احتج او عبّر دون استعمال للعنف و دون دعوة للكراهية ,و لو وجب اعادة الكرة فلن اتراجع عن ذلك . 
ثانيا اعجب من وسائل اعلام لاحظت انّها تركت المسيرة وقتها و تجمّعت امام امينة و اخذت تصوّرها و كانّها كائن عجيب . أأتيتم لتغطية مسيرة أم لاخذ صور تستغلونها لتشويه اشخاص؟ . فلم ار احتراما لخصوصية الشخص في عملكم . و لن اتحدث عن طريقة التقاط الصورة و الاطار المعتمد فلقد كان بجانبنا اشخاص اتوا مع امينة لا لكن يجب تصوير لينا و امينة لخلق ال buzz و تاويل الصور كما تشاؤون و لتشويه هاته و تلك .و هل ان وجود شخصين على نفس الصورة يعني انه لهما نفس التوجهات و الافكار و فيما يخصني كم من مرة تقدم مني اشخاص مثل عادل العلمي و حاشيته و مشوا بجانبي في شارع الحبيب بورقيبة و كان يمكن ان تكون الصورة على هاته الشاكلة . فهل يعني هذا انني من دعاة تعدد الزوجات و اعتماد الاعدام كوسيلة للعقاب ؟ 
ثالثا امينة مواطنة تونسية اعتبر من وجهة نظري المتواضعة انها كانت مصيبة في اشياء و مخطئة في اشياء اخرى و ليس من حقّي و لا من حقّ غيري ان نختار لها و نحاسبها على اختياراتها فهي لم تدع لا للقتل و لا للتفجير. 
اخيرا اما عن التخوين فلا يعنيني ما تقولون مادمتم لم تقدموا ادلة عليه .انتم الذين تتهمونني بشتى التهم منذ سنوات . اعرف ما انا و ما افعل ففي كل مكان بداية من تونس الى دول الخارج يستوقفني تونسيون و تونسيات لا لشيء الا للتسليم علي و لتشجيعي و قد عدت من سويسرا بشحنة من هذا القبيل فان يهرع اليك شخص لا تعرفه في مدينة لم تطاها قدماك من قبل فقط ليحييك قائلا نوارة تونس فهذا شرف لي و لن يزعجني كلام من يصطادون ي الماء العكر و من نهشت الغيرة قلوبهم , ان يستقبلني طاقم الناقل الجوي الوطني بكل حرارة فذاك امر اخر و ان ابهر الناس في كل التدخلات التي اقوم بها خارج حدود الوطن ليس فقط للمحتوى و لكن كما يقولون دائما لاحساسهم بتلقائياتي و صدقي فذاك كاف بالنسبة لي و لن اتحدث عن تدخلات كالذي قمت بيه في قفصة و لا زال الجميع يكتب لي قائلين لقد كان كان تدخلا مذهلا و من القلب . 
ما ينقصكم هو القلب نعم لا تعرفون للحب معنى و ليس بامكانكم ان تعوا ما معنى ان تتحمل غباء اشباهكم و الشتم و الاشاعات و الكذب لان لا قلوب لكم تقومون ما تقومون به لحسابات معينة و لغايات و ارباح و لذا فليس بامكانكم ان تتصوروا ان بامكان شخص ان يقوم بما اقوم به حبا و طواعية فتمضون في كتابات السيناريوهات و تاليف الروايات .
الكثير يدعون التقدمية في حين انهم ظلاميون قلبا و قالبا لا يعني هذا ان التقدمية مرتبطة لدي بالمظهر كما تسوقون له لكن عادة من كان تقدميا يحترم الاخرين و لا يابه بمظهرهم و لا يحاسبهم عليه و خاصة لا يمضي في تسويه الناس لاختياراتهم .
اخيرا
صحيح امينة عرت في يوم ما ثدييها و لكنها نجحت اكثر في تعرية نفاقكم و كذبكم . اما اقدمتم عليه من تشويه لنا فقد عرّى حقدكم و كرهكم المجانيين و رفضكم للاختلاف . من يربط الاخلاق و المبادئ بجزء عار من جسد فلا اخلاق و لا مبادئ له . 
ازعجكم جسد امينة ووجودي صدفة بجانبها ولم يزعجكم من هم بصدد سرقة احلامكم و ثروات وطن . خوّنتم من عبّر و قاوم و تركتم الخونة يحكمونكم و يضحكون على ذقونكم فعوض ان تهتموا بالجوهر وقعتم في الفخ مجددا .

lundi 7 septembre 2015

Article pour MONDAFRIQUE: LES TUNISIENS VENT DEBOUT CONTRE LE PROJET DE RÉCONCILIATION NATIONALE




Levant les poursuites contre les fonctionnaires accusés de corruption, le projet de réconciliation proposé par le président tunisien Béji est sous le feu des critiques.


Lire l'article ici. 

Scotish Pen:Lina Ben Mhenni a Tunisian BLOGGER

Tunisia, where the government was already cracking down on free expression in the name of the fight against terrorism, looked like a good choice to highlight at the Edinburgh Festival. Among the readings we chose for our event was one by a remarkable young woman called Lina Ben Mhenni, a teacher of linguistics at Tunis University, whose blog, A Tunisian Girl, was one of the few during Ben Ali’s regime to be published under the blogger’s real name rather than a pseudonym. Mhenni was one of the few bloggers to report when government forces massacred protesters in Kasserine and Regueb, two major cities in Tunisia’s heartlands. Her courage as a journalist is matched by her courage as a person - she has lupus and has had a kidney transplant, yet continues to battle for democracy in her country. She won the Deutsche Welle International Blog Award and El Mundo’s International Journalism Prize and was nominated for the 2011 Nobel Peace Prize.

To read the text: here.